GATES (W. H.)

GATES (W. H.)
GATES (W. H.)

GATES William H., III (1955- )

Cofondateur de Microsoft Corporation, William (Bill) H. Gates III est l’homme fort de l’informatique de la fin du XXe siècle. Adulé ou détesté, cet éternel adolescent au visage poupin parsemé de taches de rousseur se trouve au centre de toutes les grandes décisions stratégiques. C’est aussi un visionnaire. À l’instar du constructeur automobile Henry Ford, Bill Gates a révolutionné son industrie.

Né à Seattle, le 28 octobre 1955, ce fils d’avocat règne sur un empire. Sa vocation lui vient à treize ans, lorsque son professeur de mathématiques lui fait découvrir l’ordinateur du lycée, un P.D.P. 10 de Digital Equipment. Depuis lors, l’ordinateur fait partie de son quotidien. Le jeune Gates passe des heures devant son écran à “bidouiller” des programmes. Et il apprend très vite. Au point que des entreprises de la région lui demandent d’écrire une application pour leurs clients. À seize ans, il crée avec son ami Paul Allen, de deux ans son aîné, Traf-O-Data, une société informatique destinée à gérer la circulation automobile.

Trois ans plus tard, il part à contrecœur étudier le droit à Harvard. Il n’y restera que quelques mois. La sortie en 1974 du premier kit de micro-informatique — l’Altair 8080, de la société M.I.T.S. (Model Instrumentation Telemetry Systems) — l’incite à se jeter dans le bain. Gates et Allen contactent M.I.T.S. et écrivent le programme Basic sur lequel tourne l’Altair. Puis, durant l’été de 1975, les deux compères créent leur propre société. Elle s’appelle Microsoft. Ils savent, à l’instar de deux autres petits génies, Steven Jobs et Stephen Wozniak, fondateurs d’Apple Computer, qu’une révolution est en train de se produire. Leur ambition? Changer le monde en mettant un ordinateur personnel sur chaque bureau et à l’intérieur de chaque foyer. Contrairement à Apple, Gates et Allen ne travaillent pas sur le matériel, mais sur le logiciel ainsi que sur le système d’exploitation, c’est-à-dire le cerveau de l’ordinateur, qui fait fonctionner les “puces”. Les premiers, ils comprennent que le logiciel va devenir une véritable industrie.

En 1980, l’histoire s’accélère pour Microsoft. I.B.M., qui cherche à se lancer dans la micro-informatique, demande à Gates, alors âgé de vingt-quatre ans, de lui rédiger un système d’exploitation performant. Ce dernier conseille au géant de l’informatique de s’adresser à la société Digital Research, qui développe un système appelé CPM. (Control Program for Microcomputers). Par ce mouvement, Microsoft ne renonce pas, mais crée une diversion. Car, quelques mois plus tard, Gates rachète pour 50 000 dollars le système d’exploitation d’une petite entreprise de Seattle, l’améliore, le rebaptise MS-DOS (Microsoft Disk Operating System) et le vend finalement à I.B.M. En emportant ce contrat à la hussarde, le jeune Américain montre qu’il est aussi un redoutable manœuvrier et un négociateur hors pair. MS-DOS sera une véritable manne pour Microsoft, qui touche des royalties sur chaque micro-ordinateur I.B.M. et compatible I.B.M. vendu. Son système équipe désormais la quasi-totalité du parc des micro-ordinateurs. Seuls les ordinateurs Apple — les fameux Macintosh — échappent à l’emprise tentaculaire de Bill Gates.

I.B.M. et Microsoft travailleront ensuite sur un nouveau système, baptisé OS/2 (Operating System). Très lucide, Gates comprend rapidement que ce système d’exploitation ne connaîtra pas le même succès que MS-DOS. Il décide alors de porter ses efforts sur Windows, une interface graphique fondée sur des icônes. Grâce à ce produit, les micros bénéficient de la même convivialité que les Macintosh d’Apple. Windows connaît immédiatement un immense succès sous ses différentes versions (Windows 3.0 en mai 1990, 3.1 en avril 1992, NT en juillet 1993, 95 en septembre 1995...).

Sa popularité est telle que les éditeurs de logiciels doivent adapter leurs produits à cette nouvelle plate-forme, au risque d’être définitivement décrochés. De son côté, Windows permet à Microsoft de rattraper son retard en matière de logiciels de base. Son succès est un véritable cauchemar pour ses trois grands rivaux, Lotus, Borland et WordPerfect.

En 1993 (exercice clos le 30 juin), la société de Bill Gates a réalisé un chiffre d’affaires de 3,75 milliards de dollars et a dégagé un bénéfice de 953 millions de dollars. Ces résultats étaient supérieurs à ceux de ses sept principaux poursuivants. Mieux, la capitalisation boursière de Microsoft dépasse maintenant celle d’I.B.M. Quant à Bill Gates, il est tout simplement l’homme le plus riche des États-Unis.

Pourra-t-il toujours dominer aussi insolemment l’industrie informatique? Par le passé, de nombreux augures ont pronostiqué le déclin de Microsoft. Ils se sont tous trompés. Même la rupture avec I.B.M. et l’association I.B.M.-Apple n’ont pas interrompu la formidable croissance de cette société, dont la puissance irrite tous les acteurs de l’industrie. La Federal Trade Commission, l’équivalent américain du Conseil de la concurrence français, a enquêté pour savoir si ses pratiques commerciales sont ou non loyales. En 1969, une même enquête avait été diligentée contre celui qui faisait alors figure d’épouvantail, I.B.M.

Génial bidouilleur, financier avisé, Gates a aussi montré qu’il était un excellent gestionnaire, sachant s’entourer des plus hautes compétences. Chaque mois, dix mille candidats postulent pour entrer chez Microsoft. Pourtant, les salaires n’y sont pas supérieurs à ceux de la moyenne de l’industrie informatique et l’emploi exige une très grande disponibilité. La raison de cet engouement tient aux stocks options que Microsoft alloue généreusement à ses employés. Le cabinet Sanford Bernstein de Wall Street indiquait en 1993 que deux mille deux cents des onze mille employés travaillant au siège de la société étaient millionnaires en dollars. Mais l’argent n’est pas la seule motivation des salariés de Microsoft. Le plus souvent, c’est la passion de l’informatique et la possibilité de travailler dans une entreprise novatrice et créative qui les incitent à rejoindre la société de Seattle.

Microsoft, qui consacre plus de 10 p. 100 de son chiffre d’affaires à la recherche et au développement, a l’intention de dominer toutes les technologies du logiciel, du multimédia et des réseaux (la société est devenue un éditeur de logiciels multimédias grand public et gère le Microsoft Network).

La position de Microsoft est extrêmement solide. Sa puissance et sa capacité à dicter ses conditions font penser à l’I.B.M. des années 1970. Cependant, une position n’est jamais acquise. Microsoft, qui dispose de bons produits et de beaucoup d’argent, peut envisager l’avenir avec sérénité. Mais son plus bel atout est sans aucun doute la personnalité de son président. Tant que Bill Gates trônera à la tête de Microsoft, le faux pas devrait être évité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Игры ⚽ Нужна курсовая?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gates — ist der Familienname folgender Personen: Artemus Gates (1895–1976), amerikanischer Geschäftsmann und Politiker Bill Gates (* 1955), amerikanischer Unternehmer (Microsoft) Charles Gates junior (1921–2005), amerikanischer Geschäftsmann und… …   Deutsch Wikipedia

  • Gates — est un patronyme anglais signifiant barrière. Sommaire 1 Personnalités 2 Prénom 3 Fiction 4 Toponyme …   Wikipédia en Français

  • Gates — may refer to:In places: *Gates, British Columbia, a rural community in British Columbia, Canada **Gates River, a river in British Columbia, Canada **Gates Valley, a valley in British Columbia, Canada *Gates, New York, a US town in Monroe County,… …   Wikipedia

  • Gates — North Gates, NY U.S. Census Designated Place in New York Population (2000): 15138 Housing Units (2000): 6361 Land area (2000): 4.654259 sq. miles (12.054475 sq. km) Water area (2000): 0.040555 sq. miles (0.105036 sq. km) Total area (2000):… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Gates — puede referirse a diferentes entes: Personas Apellido de las siguientes personas: Antonio Gates Bill Gates Gareth Gates Horatio Gates Melinda Gates Robert Gates Synyster Gates Tucker Gates Canciones o álbumes musicales Gates of Eden Gates of… …   Wikipedia Español

  • Gates, NY — Gates North Gates, NY U.S. Census Designated Place in New York Population (2000): 15138 Housing Units (2000): 6361 Land area (2000): 4.654259 sq. miles (12.054475 sq. km) Water area (2000): 0.040555 sq. miles (0.105036 sq. km) Total area (2000):… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Gates, OR — U.S. city in Oregon Population (2000): 471 Housing Units (2000): 261 Land area (2000): 0.608883 sq. miles (1.576999 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.608883 sq. miles (1.576999 sq. km) FIPS code …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Gates, TN — U.S. town in Tennessee Population (2000): 901 Housing Units (2000): 290 Land area (2000): 0.708060 sq. miles (1.833867 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.708060 sq. miles (1.833867 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Gates [1] — Gates (spr. Gehts), 1) Gebirg, so v.w. Ghat; 2) Insel, der den Engländern gehörigen Bermudas gruppe (Atlantischer Ocean), der Küste von Nord Carolina (Nordamerika) gegenüber; 3) Grafschaft im Staate Nord Carolina (Nordamerika), 23 QM., an den… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Gates [2] — Gates (spr. Gehts), Horaz, geb. 1728 in England, nahm englische Kriegsdienste u. trug viel zur Wegnahme von Martinique bei. 1765 kaufte er sich in Virginien an, nahm beim Ausbruch der amerikanischen Unruhen 1775 Dienste bei den Amerikanern,… …   Pierer's Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”